Le Black Friday, un fléau pour l’écologie ?

Cette année, les ventes en ligne devraient battre tous les records. Avec des conséquences écologiques désastreuses.

Si la France a sans doute franchi le pic de la deuxième vague de Covid-19, pour les commerçants, la page du confinement n’est pas encore tournée. Le Premier ministre Jean Castex a refusé d’avancer la date pour la réouverture des commerces dits “non essentielles”.

Une étude a montré que pour les entreprises « non essentielles », les pertes du mois de novembre seul pourraient atteindre 4,4 milliards d’euros, et si ces magasins restent fermés tout au long du mois de décembre, la perte sera de plus de 10,8 milliards d’euros.

C’est pour cela que la France a décidé de reporter d’une semaine un des événements majeurs dans le domaine du retail et notamment celui de l’e-commerce, le Black Friday. En effet, cette braderie géante venue des États-Unis représente un chiffre non négligeable pour les commerçants, surtout pendant les fêtes de fin d’année. 

Comme vous le savez, avec ces publicités attractives qui envahissent notre quotidien. Les ventes en ligne sont en plein essor. Selon les prévisions de la Fédération du commerce électronique, l’événement pourrait battre le record, atteignant 1,7 milliard d’euros. Rien qu’à Paris, 2,5 millions de colis devraient être livrés chaque jour. Dix fois plus que d’habitude.

L’avantage du Black Friday est que l’événement a lieu un mois avant Noël. Les Français prévoyants ont donc un plan trimestriel pour participer au concours de cadeaux de Noël. Selon Yougov et Ingenico, 28% des gens ont pris l’habitude d’utiliser les promotions du Black Friday pour acheter des cadeaux de Noël.

Pour certains, le Black Friday est l’occasion de profiter des meilleures offres disponibles pour ravitailler sa garde-robe ou changer ses appareils électroniques. Pour la planète, c’est avant tout une nouvelle folie de surconsommation, qui exacerbe une situation déjà sombre. Concernant les appareils électroniques, fréquemment renouvelés, ils produisent d’immenses quantités de déchets électroniques, plus de 53 millions de tonnes en 2019. Une augmentation de 21% en cinq ans.

Seuls 20% sont recyclés, le reste pollue la planète.

D’abord, le Black Friday est un évènement qui se déroule en ligne. Mais savez-vous qu’en 2020 la pollution numérique est aussi importante que l’aviation civile ? Ce chiffre est encore plus vrai durant le vendredi noir ! Résultat : 76% des Français ont décidé de se faire livrer pendant le Black Friday 2019. D’abord, cela signifie plus de camions sur la route, mais qui dit plus de livraisons dit également plus de retours. Les articles retournés sont généralement jetés ou détruits par l’entreprise car c’est beaucoup moins coûteux et contraignant que le reconditionnement pour la revente.

Prenons l’exemple d’Amazon, LE géant de l’e-commerce

Déjà, savez-vous que rien que l’entreprise Amazon émet autant de dioxyde de carbone que la Bolivie ?

Cette affirmative paraît dingue, mais Axios a mené une étude aux États-Unis en juin 2019. Il montre qu’en raison des livraisons ultra-rapides, les transporteurs d’Amazon :  FedEx, UPS et USPS génèrent une pollution équivalente à 7 millions de voitures chaque année.

Et le calcul ne prend même pas en compte la livraison directe par Amazon. Ni les 70 avions que Amazon loue à Boeing. Selon le dernier rapport des Amis de la Terre, Attac et Solidaires « En 2019, Amazon a effectué 110 vols par jour pour la décoration intérieure aux États-Unis et 20 par jour en Europe. Par rapport à 2018, il a expédié 29% de produits en plus par voie aérienne. »

Alors, pour ses livraisons, Amazon émet au total 8,87 millions de tonnes de CO2 par an. Soit l’équivalent des émissions annuelles de la Bolivie.

En France, aussi, certains acteurs sonnent l’alarme. L’Agence de la transition écologique (Ademe) critique la course à la vitesse dans le secteur de l’e-commerce.

Ses experts sont même allés jusqu’à étudier « le cycle de vie de l’acte d’achat en ligne » :

  1. Consulter un site Internet
  2. Sélectionner son article
  3. Payer sa commande
  4. Suivre la commande en envoyant des courriers électroniques…

    Toutes ces étapes font fonctionner les serveurs informatiques et les data centers. Selon l’ADEME, « Un achat en ligne équivaut à la consommation de 7 g de fer, à l’utilisation pendant douze minutes d’une ampoule de 60 W, à l’émission dans l’eau de 1,5 mg de phosphate et de 12 g de CO2 dans l’atmosphère soit 1 km en voiture »

De ce point de vue, la magie de Noël est durement touchée. Par conséquent, les citoyens et les associations se prononcent contre le Black Friday et organisent une réponse écologiquement responsable.

Les actions contre le Black Friday :

1)    Climate Friday : face à la consommation excessive du Black Friday, les citoyens du mouvement climatique #ilestencoretemps ont riposté le Climate Friday. L’association i-boycott.org propose conjointement de mobiliser les citoyens du monde entiers. Les actions sont : Boycottez Amazon, Cdiscount et d’autres géants de l’e-commerce.

2)    Le Green Friday est une alternative au Black Friday proposée depuis plusieurs années par, le réseau commercial ESS Envie avec le soutien de la Ville de Paris. Le Green Friday propose des événements partout en France. Pour ceux qui veulent encore succomber à la consommation, le site propose des alternatives à la «responsabilité écologique», qui répertorie certaines marques qui reverseront 15% du chiffre d’affaires de la journée à l’association verte. C’est mieux que rien.

3) GivingGiving Tuesday, célébrons l’altruisme. Le 3 décembre, la naissance de ce mardi généreux est une réponse au Black Friday pour encourager et promouvoir toutes les formes de générosité, d’unité et de dévouement. Chacun peut agir à son niveau et contribuer à améliorer la vie des gens et à protéger l’environnement
Vidéo explicative : https://www.youtube.com/watch?v=WZk5w2p4xHc&feature=emb_logo

Finalement, si vous ne résistez pas à l’envie d’acheter pendant le Black Friday, voici quelques bonnes pratiques afin de limiter son empreinte carbone lorsque l’on commande sur un site e-commerce :

  1. Acheter sur des sites d’e-commerce locaux afin de limiter la distance de livraison (et donc l’émission de CO2)
  2. Essayer de grouper ses achats sur la même boutique afin de limiter les colis
  3. Être sûr de son achat afin de limiter les retours
  4. Choisir la livraison en points relais plutôt qu’à domicile (le transporteur dépose ainsi plusieurs colis en même temps)
  5. Privilégier des emballages 100% recyclables ou recyclés (par exemple du papier kraft plutôt que de la mousse de calage)
  6. Choisir un site écoresponsable qui propose par exemple un refroidissement par méthode naturelle (donc pas de surconsommation énergétique)

Alors cette année, serez-vous attiré par le Black Friday ?

Sources :

https://www.fevad.com/etude-kpmg-x-fevad-e-commerce-et-rse-the-green-deal/
https://www.fevad.com/bilan-du-e-commerce-au-2eme-trimestre-259-milliards-deuros-de-chiffre-daffaires-en-hausse-de-53/
https://www.oneheart.fr/articles/black-friday-le-jour-le-plus-sombre-pour-l-environnement-2157
https://www.ladn.eu/nouveaux-usages/usages-et-style-de-vie/black-friday-alternative-climate-friday/
https://www.lci.fr/planete/black-friday-2019-ecologie-rechauffement-climatique-consommation-le-lourd-bilan-ecologique-des-retours-de-colis-2138781.htm
https://www.nationalgeographic.fr/environnement/2018/11/black-friday-comment-limiter-son-impact-environnemental
https://vivredemain.fr/2019/11/29/le-black-friday-un-desastre-pour-lenvironnement/

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Toggle Dark Mode Toggle Dark Mode
Toggle Large Font Size Toggle Font Size